You are here: Accueil International Société Des avions ont repéré certaines des jeunes filles enlevées au Nigéria
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Des avions ont repéré certaines des jeunes filles enlevées au Nigéria

Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Les efforts déployés par la communauté internationale pour retrouver les lycéennes enlevées au Nigeria par des islamistes ont donné quelques résultats.

Selon le Wall Street Journal, deux groupes de jeunes femmes ont été repérés par des avions de surveillance américains dans le nord-est du pays, la zone aux mains de Boko Haram.

Une première photo aérienne, prise début juillet, a permis de détecter un groupe d'environ 60 à 70 jeunes filles au milieu de la campagne. Quelques jours plus tard, les militaires américains ont remarqué 40 femmes dans un autre champ. Lors des vols suivants, ces mystérieux regroupements avaient disparu. Les spécialistes américains ne sont certes pas en mesure d'affirmer que ces jeunes font partie des 219 étudiantes kidnappées mi-avril à Chibok par la secte.

Mais les autorités nigérianes soulignent que ce genre de réunions est très inhabituel et qu'il est donc improbable qu'il ne s'agisse pas des disparues. Cela n'aurait rien d'une surprise. À Paris, on soulignait dès juin que les captives étaient sans doute toujours au Nigeria, séparées en plusieurs groupes et régulièrement déplacées. Les photos sont tout de même une bonne nouvelle. Elles confirment que les kidnappées seraient désormais considérées comme une monnaie d'échange précieuse et non comme des esclaves.

Plusieurs proches de Boko Haram avaient déjà affirmé qu'Abubakar Shekau, le très éruptif chef de Boko Haram, avait changé d'avis. Après avoir menacé dans une vidéo de vendre les filles comme esclaves ou de les offrir à ses hommes en guise d'épouses, il entend aujourd'hui les échanger contre des militants prisonniers. Il aurait même donné des ordres pour qu'elles soient bien traitées. «Nous disons bring back our boys», a-t-il expliqué, en référence au BringBackOurGirls, slogan de la campagne mondiale lancée pour obtenir la libération des lycéennes.

 

Like me !