• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1215. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Ce jeudi, trois femmes et un homme ont t sortis vivants des dcombres d'un immeuble qui s'est effondr il y a six jours dans la ville de Nairobi, un miracle salu par les applaudissements de la foule alors que la tragdie a dj cot la vie au moins 33 personnes.

Une premire rescape, localise jeudi dans la matine, avait pu tre dgage de l'immeuble en milieu d'aprs-midi.

Trois autres personnes, deux femmes et un homme, ont leur tour t rcupres en dbut de soire. Trois personnes ont t sauves du btiment il y a quelques instants et elles sont en train d'tre transportes l'hpital , a dclar le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome. Cela nous donne l'espoir qu'il y ait d'autres personnes (en vie) l-dessous et nous esprons les sortir de l. Nous faisons tout notre possible , a-t-il indiqu.

Dans l'aprs-midi, une premire miracule avait pu tre dgage des dcombres de l'immeuble situ dans un quartier pauvre du nord-est de la capitale knyane. Place sur une civire, le visage couvert par un masque oxygne, elle avait t salue par des applaudissements tandis que plusieurs femmes, bras levs vers le ciel, se mettaient prier. Selon Pius Masai, chef de l'unit nationale de gestion des catastrophes naturelles, la survivante tait consciente et en mesure de parler lorsqu'elle a t secourue.

Mardi, un bb de sept mois avait t retrouv indemne aprs avoir pass prs de 80 heures dans une bassine, enveloppe dans une couverture , selon la Croix-Rouge knyane. L'enfant, prnomme Dealeryn, avait t remise son pre, qui avait voqu un miracle . Mais sa mre a pri dans l'effondrement de l'immeuble. Le bilan de la catastrophe est dsormais de 33 morts, quatre nouveaux corps ayant t dcouverts mercredi soir. Ce bilan pourrait encore s'alourdir, car prs de 80 personnes manquent toujours l'appel.

La Croix-Rouge ignore toutefois si tous les disparus se trouvaient dans l'immeuble au moment du drame. Les recherches ont par ailleurs t largies la rivire de Mathare, qui borde l'difice, les secours craignant que des habitants, pris de panique, aient plong dedans au moment o leur immeuble s'croulait. Le btiment de six tages s'est affaiss sur lui-mme vendredi soir dans le quartier populaire de Huruma, au nord-est de la capitale knyane, en raison de pluies torrentielles et de la mauvaise qualit de la construction.

Les pluies de vendredi avaient provoqu des inondations dans de nombreux quartiers de la capitale et caus la mort d'au moins sept autres personnes. Livr il y a deux ans, le btiment effondr avait t frapp d'un arrt de dmolition. Mais cette dcision n'avait t ni respecte par les propritaires ni mise en application par les autorits. Deux frres, propritaires de l'immeuble, ont t arrts puis remis en libert sous caution, tandis que les enquteurs tentent de rassembler des preuves en vue d'ventuelles poursuites. Dans ce genre d'immeuble, chaque famille occupe bien souvent une seule pice et partage avec les autres toilettes et sanitaires sur le palier. L'immeuble comptait 198 pices et une chambre y tait loue environ 2 500 shillings knyans par mois (25 euros), ce qui le plaait tout en bas de l'chelle immobilire Nairobi.

Plusieurs btiments se sont effondrs ces dernires annes Nairobi et dans d'autres villes du Kenya, en pleine vague d'euphorie immobilire et de constructions tous azimuts. La qualit des matriaux ou la vitesse excessive de construction sont rgulirement mises en cause, ainsi que la capacit de promoteurs peu scrupuleux contourner la rglementation moyennant des pots-de-vin.

 

Like me !