• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1215. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 63
MauvaisTrès bien 

Dpchez-vous! Dpchez-vous! Ils arrivent! Abdel Kader Haidara, visage concentr l'extrme, court de maisons en maisons, pour annoncer la progression des djihadistes.

Nous sommes en 2012 et l'arme malienne vient de s'effondrer face la pousse de AQMI. Un millier de djihadistes en armes est sur le point de prendre Tombouctou.

Ce qu'ils vont faire en premier? Comme d'habitude! Occuper les btiments officiels, tenir la rue et mettre spectaculairement le feu tous les lieux de culture mcrante: coles, muses et bibliothques.

Abel Kader n'a peur ni pour lui, ni pour les siens qui sont dj l'abri. Lui, le bibliothcaire passionn tremble pour les livres, les prcieux livres, les inestimables livres de Tombouctou, dont prs de 400.000 datent de plusieurs sicles!

Vite, vite! Encore plus vite! s'poumonne-t-il, hagard, de ruelle en ruelle au milieu de la poigne d'amies et amis qu'il a pu mobiliser et qui vacuent en courant, dos d'hommes ou sur des carrioles brinquebalantes, le maximum de livres qu'ils esprent pouvoir sauver...

D'aussi loin qu'il se souvienne, Abdel Kader, 51 ans, a toujours aim les livres. C'est sa passion, son amour fou, sa vie!

C'est son pre, Mohamed Haidara, surnomm Mamma, qui l'a initi ds son enfance. Erudit autodidacte et passionn de livres, Mamma a amass, au cours de sa vie, une grande quantit de manuscrits rares venant de toute l'Afrique, qu'il faisait lire et commentait son jeune fils.

Quand Mamma dcde en 1981 l'ge de 84 ans, Abdel dcide sans hsiter de reprendre le flambeau. C'est mon destin, ma mission explique-t-il. Je suis, en quelque sorte, le dpositaire d'une tradition intellectuelle lgue par mon pre.

Bibliothcaire de pre en fils donc! En 1993, Abdel Kader fonde sa propre bibliothque pour abriter, protger et restaurer toujours plus de livres! Trs vite, ils seront plusieurs dizaines de milliers, de toutes natures, se blottir dans ses rayons. Parmi eux de nombreux manuscrits prcieux, datant de plusieurs sicles et racontant l'Histoire de toute l'Afrique.

Mais lors de la nuit tragique o les djihadistes ont pris Tombouctou, il ne s'agit pas seulement de sauver les livres de sa bibliothque, mais aussi ceux des 45 autres tablissements de la ville! Un sauvetage et une exfiltration mmorables qui s'taleront sur plusieurs mois tant la tache est dlicate et dangereuse! P

endant tout ce temps-l, plusieurs dizaines de familles vont se mobiliser autour d'Abdel Kader et, au pril de leur vie, cacher les prcieux ouvrages en les dispersant aux quatre coins de la ville et des alentours.

Les livres connaissent alors les cachettes les plus tranges (cageots de lgumes, sacs de graines, cantines mtalliques, faux barils de ptrole, matelas...) et les modes de circulation les plus divers (de l'ne au vlo en passant par les charrettes et les carioles les plus rudimentaires). Certains vont mme dcouvrir la voie des eaux et tre exfiltrs dans des embarcations de fortune, construites la va-vite!

Et quand Tombouctou est enfin libre en 2013, les djihadistes n'auront finalement pu dtruire, au cours de leur pitoyable nettoyage culturel, que 4000 livres sur les 400.000 qui se trouvaient dans la ville!

Abdel Kader ne veut pourtant, encore aujourd'hui, tirer aucune gloire de ce que l'historienne d'art Julie Chaizemartin n'hsite pas qualifier d'"une des plus vastes oprations de sauvetage de livres de l'Histoire mondiale.

Il fallait le faire, c'est tout! lche-t-il modestement. Avant d'ajouter, la voix noue: Je n'aurai jamais plus t en paix si j'avais laiss tous ces livres mourir... Abdel, mon ami, mon frre, je t'embrasse - nous t'embrassons - de tout notre coeur.

 

Like me !