You are here: Accueil
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

A la une

Le bienfaiteur qui se cachait d'être riche

Envoyer
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

Il s'appelait Richard A. Herman. Pendant 40 ans, il a occupé un banal deux-pièces dans l'immeuble du Watergate de Virginia Avenue, rendu célèbre par l'affaire des "plombiers" de Richard Nixon. C'était en apparence un modeste architecte, toujours habillé du même costume couleur de muraille, que ses voisins connaissaient à peine, qui ne s'était jamais marié et à qui on ne prêtait que trois passions : un coupé Corvette sans âge qui ne quittait guère le parking du Watergate, les daiquiris bien glacés qu'il se faisait servir le vendredi soir dans un bar de la résidence et les concerts du Kennedy Center tout proche dont il ne manquait jamais une représentation.

Lire la suite...
 

Le courage de Catherine lors de l'agression du chauffeur de bus à Poissy

Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

Catherine, 32 ans, travaille comme agent d'assurance à Paris. C'est elle qui a prodigué les premiers soins au chauffeur de bus de 30 ans, poignardé par un passager de 44 ans, mardi matin en gare de Poissy (Yvelines). Elle témoigne :

"J'étais dans le bus qui relie Carrières-sous-Poissy à Poissy. Une altercation a éclaté au cours du trajet entre le chauffeur et un passager. Lorsque nous sommes arrivés à la gare de Poissy, ils sont sortis du bus et se sont battus à coups de poings. Quand il est tombé au sol, je les ai séparés parce que personne ne bougeait. J'ai poussé l'agresseur et d'autres personnes sont intervenues voyant que j'étais une femme. J'ai demandé à la personne de se calmer et j'ai accompagné le chauffeur vers son bus.

Lire la suite...
 

Prise d'otage en Alabama: l'enfant est vivant, le ravisseur a été tué

Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Un forcené qui retenait depuis mardi dernier un petit garçon de cinq ans dans un bunker près de Midland City, en Alabama, a été tué aujourd'hui par les forces de l'ordre, ont annoncé les autorités. L'enfant est sain et sauf. "C'est fini et le petit garçon va bien", a dit un responsable local qui a requis l'anonymat.

L'enfant, qui fêtera mercredi son sixième anniversaire, a été enlevé mardi dernier alors qu'il se trouvait avec une vingtaine d'autres dans un autocar scolaire dont le chauffeur a été abattu par l'agresseur.

L'homme, Jimmy Lee Dykes, 65 ans, s'est ensuite réfugié avec son otage dans un abri qu'il a confectionné lui-même sur sa propriété dans cette région rurale du sud-est de l'Alabama.  Les autorités ont identifié le petit otage par son seul prénom, Ethan, et ont précisé qu'il souffrait du syndrome d'Asperger, de troubles du comportement et d'hyperactivité.

Cette affaire intervient alors qu'a été rouvert aux Etats-Unis le débat sur le port d'armes à feu et sur la sécurité à l'école après la fusillade à l'école élémentaire de Newtown dans le Connecticut qui a coûté la vie à 20 enfants et six adultes en décembre alors peut-être que les gens prendront conscience de la gravité de la situation en autorisant le port d'arme à n'importe qui.

 

Une assiette vide pour sauver l'aide alimentaire européenne

Envoyer

Restos du cœur, Secours populaire, Croix rouge... Les principales associations caritatives se mobilisent partout en France contre les coupes dans l’aide alimentaire européenne. Le budget doit être voté par le Conseil européen les 7 et 8 février.

À l'origine de cette mobilisation, la suppression annoncée du PEAD, Programme d'aide européen aux plus démunis. Ce fonds de 500 millions d'euros annuels, issu des crédits de la PAC (Politique agricole commune) doit disparaître d'ici à fin 2013. Pour exemple, c'est lui qui fournit aujourd'hui la moitié des 181 millions de repas distribués par le Secours populaire.

 

Bébé volé sous Franco : une Espagnole retrouve sa mère 50 ans après

Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

Une Espagnole a retrouvé sa mère près de cinquante ans après avoir été enlevée à sa naissance, a annoncé ce samedi la police. Elle était l'un des nombreux cas de «bébés volés» pendant l'ère franquiste (1939 - 1975).

Le régime de Francisco Franco permettait l'enlèvement de nouveaux-nés lorsque les parents étaient des opposants de gauche ou quand l'enfant était né hors mariage. Un décret de 1940 permettait de les placer sous la garde du régime car leur éducation était jugée en danger. Des groupes de victimes affirment que cette pratique a continué après la mort de Franco, en 1975. Aucune loi n'encadrait les adoptions jusqu'en 1987.

Lire la suite...
 
Page 15 sur 18

Like me !