You are here: Accueil Politique Nationale
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1215. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Condamne en premire instance, la dpute Sylvie Andrieux a t nouveau condamne mardi en appel pour le dtournement de subventions du conseil rgional des Bouches-du-Rhne des fins clientlistes. La cour d'appel d'Aix-en-Provence a prononc une peine de quatre ans de prison dont trois ans avec sursis, assortie de 100.000 euros d'amende et de cinq ans d'inligibilit.

Les juges sont alls plus loin que les rquisitions de l'avocat gnral, qui demandait la confirmation de peine de premire instance, soit trois ans de prison, dont deux avec sursis. Elle va se pourvoir en cassation, a dj annonc son conseil, Me di Marino. Elle fera valoir toute une srie d'arguments qui n'ont pas t entendus par la cour, mais on reste confiant. Souvent, la cour de cassation dans ce type d'affaire envisage avec une grande srnit les faits et le droit, assure-t-il. Mme Andrieux n'est pas condamne aller en prison, mais porter un bracelet lectronique, a-t-il galement soulign. De son ct, l'avocat du conseil rgional de Provence-Alpes-Cte-d'Azur, Me Gilles Gauer, a salu cette dcision. Le sens de cette dcision, c'est de condamner une pratique politique condamnable, celle du clientlisme.

Exclue du Parti socialiste aprs sa condamnation en premire instance, la dpute des Bouches-du-Rhne avait t mise en examen le 8 juillet 2008 pour complicit de dtournement et complicit d'escroquerie. En tant que vice-prsidente du conseil rgional, celle-ci avait la responsabilit de la politique de la ville de la collectivit. Il s'est avr qu'elle a destin les trois quarts du budget de cette dlgation aux quartiers nord dont elle tait l'lue, au profit parfois d'associations fictives. Les fonds verss ces coquilles vides servaient assurer un train de vie confortable leurs dirigeants, pour la plupart connus de la justice. En retour, ces derniers devaient aider Mme Andrieux se faire lire. Au total, prs de 740.000 euros de subventions ont t dtourns par des associations l'objet social rgulirement folklorique, comme la construction d'un nouvel environnement plus sain ou la rhabilitation de l'image des quartiers nord. Et les dossiers de demande de subventions taient souvent truffs de faux documents. Dans les quartiers, si tu veux avoir un minibus, un scooter et de l'argent, tu montes une association, avait ainsi racont un des prvenus en premire instance. Vous pouviez mettre le nom d'un mort, ils ne vrifiaient pas, avait assur un autre prvenu qui a avou avoir beaucoup flamb黅 L'argent du conseil rgional a permis d'acheter des voitures, l'quipement d'un taxiphone ou d'un snack et finanait le train de vie des ttes de rseau.

Pour Rolland Balalas, l'ancien collaborateur de la dpute condamn en appel comme en premire instance 30 mois avec sursis, c'est indniablement Mme Andrieux qui faisait les arbitrages pour les subventions. La dpute avait essay de convaincre ses juges qu'elle n'avait aucune responsabilit dans l'attribution de ces subventions, rejetant l'entire responsabilit sur ce collaborateur. Si la peine contre la dpute, qui sige dsormais chez les non-inscrits, devait tre confirme et toutes les voies de recours puises, elle dboucherait sur une lgislative partielle dans un secteur o le FN a ravi la mairie au PS lors des dernires municipales. En mars, le frontiste Stphane Ravier a en effet remport la mairie de secteur des XIIIe et XIVe arrondissements. La pousse frontiste s'est confirme aux lections europennes, o la liste de Jean-Marie Le Pen a rafl 39 % des voix dans le XIIIe arrondissement et 42 % dans le XIVe.

 

Like me !