You are here: Accueil Economie France Les automobilistes se liguent contre les radars les plus vicieux
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Les automobilistes se liguent contre les radars les plus vicieux

Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

67.000 conducteurs ont dressé la carte des radars automatisés les plus contestés dans le cadre d'une opération lancée par l'association 40 Millions d'automobilistes. Celle-ci réclame un audit sur l'implantation des appareils.

Dans le cadre d'une opération intitulée «Raconte-moi ton radar», l'association 40 Millions d'automobilistes a donné la parole aux conducteurs pour qu'ils témoignent des aberrations rencontrées sur la route liées à des installations d'appareils contestables, selon eux. Un sujet inépuisable car, dans ce domaine, on le sait, chacun a sa petite histoire à relater.

Il résulte de tous ces récits que, un peu partout en France, certains radars sont particulièrement mal vécus. Installés sur une portion où la vitesse est soudain réduite sur quelques mètres seulement, ou encore cachés, ou bien mis en place au pied d'une descente, ou juste à l'entrée de l'agglomération, ils sont considérés comme de véritables pièges. Et donc de véritables «pompes à fric», selon la formule désormais largement répandue.

«Mais on s'est aperçu que les conducteurs ne sont pas des “antiradaristes”. Ils ne critiquent aucunement les vitesses en agglomération ou sur autoroute. Mais ces multiples situations “piégeantes”, selon eux, finissent par créer un vrai rejet du système», décrypte Pierre Chasseray en rappelant l'évolution des sondages dans ce domaine. «Un an après les premiers radars, les deux tiers des Français y étaient favorables. Désormais, les tendances se sont inversées. Ils sont 85 % à y être opposés», dit-il en ajoutant: «Pour qu'une règle soit respectée, elle doit être acceptée.»

Tous ces témoignages épluchés par l'association correspondent, selon cette dernière, à dix principales catégories de pièges. Parmi les appareils contestés, citons quand même le radar le plus détesté de France et qui recueille le plus grand nombre de témoignages hostiles. Il s'agit du radar de Saint-Julien-en-Genevois, situé sur l'A41 entre Annecy et Genève, à 200 mètres de la frontière et qui flashe au-delà de 50 km/h. Citons aussi cet autre appareil situé à Loucelles, dans le Calvados. Sur une deux fois deux voies, et après une succession de limitations, il flashe soudain les dépassements de plus de 70 km/h. Pour ce cas, l'association ne se prive pas d'ailleurs du plaisir de rappeler que même le député maire de Caen, avait qualifié cet appareil d'«assez piégeant»!

Pour que cette politique cesse d'être décriée, il est temps, selon l'association, de nettoyer la route et d'y relever toutes les incohérences. «Nous demandons un véritable audit portant sur l'installation des radars», indique Pierre Chasseray. Un travail qui devra aussi s'accompagner d'un audit des vitesses qui parfois varient trop sur un même tronçon. 40 Millions d'automobilistes, qui fait au total sept propositions pour améliorer la réglementation, aimerait aussi que la vitesse à respecter soit rappelée au niveau du panneau avertisseur de radar.

Elle souhaite également obtenir un temps d'adaptation quand il est décidé qu'une route va changer de réglementation. Du jour au lendemain, les panneaux indiquent donc de nouvelles vitesses à respecter. Or les gens du coin qui, par habitude, ne regardent plus la signalisation se font littéralement piéger.

 

Like me !