You are here: Accueil Economie France Croissance, investissement : les bonnes nouvelles de l'Insee
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Croissance, investissement : les bonnes nouvelles de l'Insee

Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

La croissance économique en France a été de 0,3 % en 2013, un taux un peu meilleur que prévu, a annoncé vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L'Insee prévoyait en décembre une croissance moyenne du produit intérieur brut pour 2013 de 0,2 %, mais elle a depuis revu en hausse l'évolution du PIB aux premier et troisième trimestres, d'une contraction de 0,1 % à une stagnation. Le gouvernement prévoyait quant à lui une croissance d'ensemble de 0,1 %.

Réagissant sur France 2, le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, a estimé que le chiffre finalement arrêté par l'Insee, même meilleur que prévu, nécessitait d'aller plus loin" pour "faire reculer le chômage". Au quatrième trimestre, la croissance a été de 0,3 %, selon la première estimation de l'Insee qui, dans sa dernière note de conjoncture en décembre, prévoyait un taux de progression du PIB légèrement supérieur, de 0,4 % par rapport au trimestre précédent.

La consommation des ménages a rebondi en 2013, progressant de 0,4 % après une baisse du même taux l'année précédente, a annoncé l'Insee. Quant à l'investissement, moteur attendu de la reprise, il est reparti à la hausse au quatrième trimestre (+ 0,6 %) après sept trimestres de recul. La correction des premier et troisième trimestres "est marginale, cela joue sur l'arrondi", explique-t-on à l'Insee. "C'est en quelque sorte une révision des normales saisonnières" statistiques. "Il y a vraiment une conjugaison de trois facteurs : l'investissement à la hausse après deux ans de recul, la consommation robuste en fin d'année et les exportations qui ont rebondi au quatrième trimestre", a indiqué l'institut à l'AFP. "Je ne me satisfais pas, je dis : faisons plus", a déclaré de son côté Pierre Moscovici. "Il faut aller plus loin pour avoir des créations d'emploi, pour faire reculer le chômage", a-t-il insisté sur France 2.

 

Like me !