You are here: Accueil Faits divers
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1215. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Cet ancien chirurgien, accus d'insulte l'islam, anime une mission satirique suivie chaque semaine par plus de 30 millions de spectateurs.

Il est treize heures ce mercredi rue Talaat Harb, dans le centre-ville du Caire. Devant les studios d'El Barnameg, l'mission la plus regarde d'gypte, la journe commence. L'quipe arrive au compte-gouttes : assistants, producteurs, acteurs, auteurs. L'un d'eux arrive avec une cargaison de chapeaux mexicains et de ponchos, dclenchant l'hilarit sur son passage. Baskets en toile, tee-shirts fluo, iPad mini en main, ils avalent un caf dans les canaps en plein air avant de disparatre l'intrieur.

El Barnameg (littralement, "Le programme") connat un succs exponentiel depuis que sa figure de proue, Bassem Youssef, a dmnag des locaux d'ON TV - la chane rvolutionnaire qui lui avait initialement offert une case dans sa programmation - pour s'installer sur CBC, la grosse machine du Paf gyptien. C'est seulement le vingt-troisime pisode de la premire saison et dj, au Caire et dans le reste de l'gypte, les cafs se remplissent heure fixe chaque vendredi soir, jour de la diffusion du programme. "Les gens regardent El Barnameg comme ils regardent un match de foot !" s'tonnera Bassem Youssef lors de notre entretien. "On reoit des messages de spectateurs d'un peu partout en gypte : Assiout, Suez, Assouan...".

Ce mercredi, Youssef ignore encore qu'il figure dans le classement annuel des 100 personnalits les plus influentes de la plante publi le lendemain par le Time Magazine. L'article que lui consacre le magazine amricain est sign Jon Stewart, le clbrissime animateur du Daily Show aux tats-Unis. "Bassem Youssef fait le mme travail que moi, crit-il. La seule diffrence, c'est qu'il pratique la satire dans un pays qui exprimente encore les limites d'une libert chrement gagne, o ceux qui lvent la voix contre les puissants ont encore beaucoup craindre."

Influent Bassem Youssef ? Les chiffres d'audience parlent d'eux-mmes : 30 millions de spectateurs en moyenne suivent Bassem Youssef devant leur tl ou sur YouTube. Pour un pays de 85 millions de personnes, c'est du jamais-vu. Et encore ces statistiques datent d'avant ses dmls avec la justice. Le dimanche 31 mars, l'animateur, accus d'insultes l'islam et au prsident Morsi, a t entendu par un juge pendant cinq heures : "On a regard des vidos de l'mission ensemble et j'ai d expliquer chaque blague", a-t-il comment sa sortie. Depuis, le prsentateur le plus populaire d'gypte a fait de nouveaux mules. Si le but est de le faire taire, c'est rat : "Comme notre public ne cesse de s'largir, on met la barre un peu plus haut chaque fois, explique-t-il. Les gens n'attendent plus simplement une bonne mission de notre part, mais une performance encore plus drle et incisive que la prcdente."

16 heures. Bassem Youssef, coinc dans les embouteillages, arrive enfin dans les studios prcd de six gardes du corps. "Il ne peut plus faire un pas dans la rue sans tre assailli par cent personnes", commente Chadi, coauteur de l'mission depuis ses dbuts. "Nous, on n'a pas de problme avec la justice et on marche incognito dans la rue. On est du bon ct de la clbrit !"

Sur la porte en verre du bureau du maestro, un panneau prcise : "All the single ladies, Bassem is here!" Mais derrire la porte, c'est un homme fatigu et grave qui reoit. Il s'excuse quatre fois de son retard. Il reste surtout prudent, superstitieux presque, quand il parle d'El Barnameg. "Chaque nouvel pisode est une bndiction." "On commence tout juste, on verra o on en est dans trois ans." "S'il nous arrive un jour de draper, il faudra prendre nos responsabilits et savoir en rpondre."

L'homme qui fait s'esclaffer l'gypte insiste sur la dimension collective de son travail. "Comme vous pouvez le voir ici, dit-il en dsignant l'open space o s'active une trentaine de jeunes, toute l'mission repose sur un travail d'quipe. On crit ensemble, on rpte ensemble. C'est ce qui explique qu'on n'ait pour l'instant jamais regrett aprs coup d'avoir franchi une ligne." Mme s'il concde que son mission serait moins drle si les libraux accdaient au pouvoir, il se dfend d'avoir les seuls Frres musulmans pour ttes de Turc : "Je suis pro-dmocratie et dfenseur de la libert d'expression avant toute chose, prcise-t-il. Et je m'en prends tous ceux qui menacent ces deux idaux."

Et pour dfendre sa libert de rire et faire rire, Bassem Youssef ira jusqu'au bout. "Il a insist pour aller au rendez-vous chez le juge en portant le chapeau qui lui avait valu sa convocation", se souvient Mohamed, son assistant, un sourire en coin. Avec ce chapeau de cinq fois la taille standard, le prsentateur moquait la coiffe reue par le prsident Morsi lors d'un dplacement au Pakistan.

Libr sous caution (15 000 livres gyptiennes, soit environ 1 700 euros) aprs un premier rendez-vous avec la justice au dbut du mois d'avril, le trublion a de nouveau rendez-vous chez le juge dans dix jours. Il hausse les paules. "La nature mme de l'exercice consiste susciter la controverse. Si on voulait faire plaisir tout le monde, les gens s'ennuieraient. Il n'y aurait pas de satire." Mais il nie s'en prendre aux personnes : "Ce n'est pas ce qui est drle chez Morsi qui m'intresse, mais ce qui est drle dans l'exercice du pouvoir en gnral. Je regarde ce que les gens font, disent, comment ils transforment la ralit. C'est ce processus-l qui est essentiel dans notre dmarche." Une dmarche qui exige cinq gags la minute, mais qui est minemment politique.

Minuit. Bassem entre en scne devant 220 spectateurs conquis d'avance. El Barnameg est le premier show en gypte tre enregistr en public. Sous les projecteurs, dbarque un Bassem mtamorphos. "Enregistrer dans ces conditions change tout, confie-t-il. La faon qu'on a d'crire les sketches, la faon qu'on a de les jouer." Le gnrique-dessin anim est lanc, la rgie se tait. On y voit Bassem troquer ses habits de chirurgien contre un costume trois-pices. Une histoire vraie. Avant la rvolution, Bassem tait un chirurgien spcialiste du coeur tout ce qu'il y a de plus srieux. C'est seulement en 2011, l'ge de 36 ans, qu'il s'est fait connatre en enregistrant sur YouTube des vidos au ton satirique sur les vnements politiques en cours. voir son quipe plonge dans le noir, devant les crans, orchestrer trente mains l'mission d'une heure la partition complique, un lien tnu apparat entre sa premire et sa seconde vie : on se croirait dans une salle d'opration.

Alors qu'elle a dj vu la scne lors des rptitions, l'quipe s'esclaffe quand dbarquent sur scne Chadi, Khaled et Ayman, les trois coauteurs de l'mission, en ponchos et chapeaux mexicains gigantesques. Le trio entame avec Bassem une adaptation trs personnelle du Copacabana de Barry Manilow. Il y est question de Moubarak et de rvolution. leur faon, la rgie et sur le plateau, ils sont les assistants du chirurgien, sauf qu'aujourd'hui, comme chaque semaine, c'est le coeur de l'gypte qu'ils oprent.

Si vous souhaitez le dcouvrir, il sera l'invit du Petit Journal sur Canal+ vendredi 26 avril

 

Like me !