You are here: Accueil Economie Entreprise
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Erreur
  • XML Parsing Error at 1:1215. Error 9: Invalid character

Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

Pour booster le bien-tre en entreprise, un collectif de start-up vient de voir le jour, sous la bannire HappyTech. Son objectif est de rassembler les solutions technologiques existantes dans une bote outils destination des grandes entreprises. Une ambition qui a dj trouv son public : 72 % des salaris rveraient dune organisation faisant une plus grande place au bonheur au bureau (1).

"Quel meilleur endroit que lentreprise pour prendre soin de soi ?", interroge Camille Parouteau, CEO cofondateur de MonMartin. La start-up, lance il y a un an, propose des parcours personnaliss aux entreprises incluant sophrologie, naturopathie ou encore ostopathie sous forme danimations, dateliers en groupe ou de sances individuelles. Le collaborateur labore son parcours via une plateforme digitale et value au fil du temps son niveau de bien-tre. Ces indicateurs sont ensuite remonts de faon anonyme la direction pour mesurer l'impact de la dmarche.

"D'une part, les collaborateurs sont sur-sollicits et, d'autre part, les entreprises ont l'obligation de ne pas dgrader la sant de leurs salaris. Il nous a donc sembl pertinent de dvelopper une offre globale de bien-tre directement dans les locaux de l'entreprise, o les salaris passent une grande partie de leur temps", explique le jeune homme. MonMartin travaille actuellement avec une dizaine d'entreprises, des PME comme BC Auto Enchres, mais aussi des grands groupes comme Air Liquide.

Pour faire connatre son initiative, il a rejoint le collectif HappyTech, constitu pour lheure dune dizaine de start-up spcialises dans le bien-tre au travail. "Lobjectif est de dmocratiser le bien-tre en entreprise et notamment daider les nouvelles fonctions comme celle de Chief Happiness Officer (Manager du bonheur) structurer leur travail en proposant des solutions concrtes", explique Thomas Coustenoble, cofondateur du mouvement.

Les nouveaux mtiers du bien-tre en entreprise, tout droit venus de la Sillicon Valley, commencent sinviter chez nous. Angelika Mleczko se dcrit comme ambassadrice de ces postes "mal connus et mal compris". "Quand on parle de responsable du bonheur a fait peur, donc je prfre parler de qualit de vie au travail, explique-t-elle. Mon travail consiste dmontrer aux entreprises traditionnelles lintrt dun Chief Happiness Officer en interne. Cest lui qui va tre le fdrateur, le mdiateur, celui qui va assurer la bienveillance au sein de lentreprise."

Selon une tude du MIT et dHarvard, les salaris heureux et en bonne sant sont 30 % plus productifs, 6 fois moins absents et plus fidles lentreprise avec un turn-over 9 fois moins important. "Cest encore mal peru en entreprise mais un salari qui dconnecte revient plus productif. La dtente amne le cratif", confirme Angelika Mleczko. Et loutil de transformation passe selon elle par le numrique et son appropriation par tous.

"Avec HappyTech, nous souhaitons rfrencer tous ceux qui mettent la technologie au service du bien-tre et constituer ainsi une bote outils destination des grandes entreprises", complte Samuel Metias, salari de Microsoft et CEO confondateur de la start-up Comeet. Celle-ci propose les services "d'un assistant professionnel intelligent". En quelques clics, lapplication organise pour vous un djeuner avec dautres collaborateurs, externes ou internes, selon vos affinits professionnelles. Elle se charge de rserver le restaurant, de vous rappeler le rendez-vous... et mme de vous proposer des sujets de conversations !

"Nous nous sommes rendus compte que le numrique avait cr des murs virtuels entre les gens. Nous voulons crer loccasion physique grce la technologie et retisser les liens sociaux indispensables au bien-tre", prcise Samuel Metias. Depuis son lancement en janvier dernier, Comeet a mobilis 110 utilisateurs sur deux divisions de Microsoft, et 60 utilisateurs chez Talentsoft. Au total, une centaine de djeuners ont ainsi t organiss. Une nouvelle fonctionnalit propose mme loption VIP pour djeuner avec son PDG. "La DRH de Microsoft a ador lappli et le comit de direction va se prter au jeu", sourit Samuel Metias.

 

Like me !