You are here: Accueil Donation - Générosité L'élan de solidarité pour sauver Ayden
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

L'élan de solidarité pour sauver Ayden

Envoyer
Note des utilisateurs: / 16
MauvaisTrès bien 

Les médecins ont donné à Ayden à peine deux ans à vivre. Le petit garçon de 18 mois est atteint de la maladie de Krabbe. Une maladie génétique orpheline qui atteint le système nerveux et détruit progressivement les cellules du cerveau. Le petit garçon ne peut plus se déplacer, souffre de spasmes musculaires incontrôlables et se nourrit à l'aide d'une sonde.

Ses parents refusent de baisser les bras. Ils cherchent alors tous les moyens pour l'aider à survivre.

C'est sur internet que sa mère Morgane tombe sur l'histoire de Louis. Ce petit garçon québécois souffre de la même maladie. Mais après un traitement alternatif composé d'un régime alimentaire particulier et de longues séries d'exercices, Louis a désormais recouvré une grande partie de ses facultés motrices." Le fait d'avoir vu cette vidéo nous a donné un espoir fabuleux. Je n'en ai pas dormi pendant une semaine", raconte la mère d'Ayden au micro d'RMC.

Une lueur d'espoir pour la famille, qui décide de lancer une page Facebook et une cagnotte pour permettre à Ayden d'accéder à ce nouveau traitement.

Et c'est une grande chaîne de solidarité qui se met alors en marche : habitants et commerçants de leur village ont été émus par leur histoire et se sont mobilisés pour faire grandir le projet. C'est le cas de Gaudeline, 19 ans, qui vit dans le village voisin: "J'ai pu voir les différentes photos que partageait la maman d'Ayden. J'ai dit à ma mère que je voulais participer à ce projet. J'ai proposé des séances photos en demandant une participation de 30 euros pour 10 photos, entièrement reversés pour Ayden. J'ai pu récolter 900 euros".

A ce jour, la cagnotte atteint 4.855 euros. Sophie, la grand-mère de l'enfant est touchée par l'élan de solidarité des habitants de Frévent: "C'est une petite ville, tout le monde se connaît et s'est mobilisé. D'anciens habitants se sont aussi mobilisés pour nous soutenir".

 

 

Like me !