You are here: Accueil Droit Astuce juridique Baisse de la vitesse sur le périph parisien : recours devant le Conseil d'Etat Baisse de la vitesse sur le périph parisien : recours devant le Conseil d'Etat
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Journal Des Bonnes Nouvelles

Les bonnes nouvelles apportées dun pays éloigné, sont comme de leau fraîche à une personne altérée et lasse.

Baisse de la vitesse sur le périph parisien : recours devant le Conseil d'Etat Baisse de la vitesse sur le périph parisien : recours devant le Conseil d'Etat

Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Deux associations ont annoncé avoir déposé ce mardi un recours devant le Conseil d'Etat pour contester la décision de la ville de Paris d'abaisser la vitesse autorisée sur le périphérique parisien de 80 km/h à 70 km/h.

 

La ligue de défense des conducteurs et l'Automobile club des avocats «considèrent ce décret comme illégal en raison d'une erreur manifeste d'appréciation»et espèrent, grâce à ce recours, le faire abroger, expliquent-elles dans un communiqué..

«La décision de limiter la vitesse se fonde sur le fait que cela va réduire la pollution, le bruit et le niveau sonore. Or il apparaît que c'est tout à fait inexact, ça n'aura aucun impact», souligne Me Rémy Josseaume, qui a déposé le recours avec Me Matthieu Lesage, de l'Automobile Club des avocats.

Me Josseaume estime que «la mesure est prise en contradiction avec des données objectives», citant notamment l'étude du professeur émérite de l'université Paris-12, Rémy Prud'homme.

Ce dernier a étudié les impacts de l'abaissement de la vitesse et conclut qu'ils sont «tous négatifs» et que «le coût total de ces impacts est évalué à environ 100 millions d'euros par an», notamment en raison de la perte de temps entraînée pour les automobilistes.

Pour Christiane Bayard, secrétaire générale de la Ligue de défense des conducteurs, «ce décret a été pris sans aucun fondement». La décision de la ville de Paris est «purement arbitraire et purement démagogique, pour satisfaire une petite minorité de Parisiens», dénonce-t-elle.

Le Conseil d'Etat n'a pu confirmer, ce mardi, le dépôt de ce recours.

 

 

Like me !